Coup de chaud

Coup de chaud

Chaleur saharienne dans le Sud Oues

Des températures sahariennes.

Dans mon Sud-Ouest d’adoption, plongé dans une chaleur toute saharienne je me suis laissé surprendre par une sieste bienfaitrice. Je suis ailleurs,  tout simplement parti pour un étrange voyage très minéral, fait de découvertes, de rencontres et même d’introspection.

Je chevauche une Royal Enfiel Classic Bullet Desert Storm couleur sable, où seul l’autocollant rouge « GascogneRide » s’y détache. Un jerrycan de l’armée solidement fixé, une cantine pour sacoche et la guitoune par dessus. Tout y est. Je roule sur les pistes en direction du sud dans une totale décontraction.

Je découvre Ghardaïa, oasis à l’architecture surprenante, son marché plein de vie et ses personnages hauts en couleurs. Indispensable passage chez le barbier, quelques confiseries arabes pour la route et c’est reparti.

Ghardaïa vue par GascogneRide,
Ghardaïa, capitale de la vallée du Mzab

« Le ciel est si bas sur les dunes
Que l’on croirait toucher la lune
Rien qu’en levant les bras.
Comme un incendie sous la terre
Les aurores ont brûlé les pierres,
Blanchi les toits de Ghardaïa. »

* Paroles de la chanson « Musulmane » de Jacques Revaud / Jean-Pierre Bourtayre / Michel Sardou

 

Puis je rêve, Timimoun la rouge, au style soudanais, adossée au Grand Erg Oriental. Souvenirs de cris d’enfants à la sortie de l’école qui reprennent le chemin de la maison. Souvenir de ces dunes écrasées de chaleur où l’horizon semble se fondre en mirage. Je suis bien, à l’ombre dans la palmeraie, devant mon assiette de dattes.

Et puis je reprends ma route, quelques km de tôle ondulée dans les traces des étapes mythiques du rallye Paris Dakar où les noms de Adrar, Reggane Ain Salah résonnent comme au bon vieux temps. Mieux, c’est du délire, je viens même de me faire dépasser par Hubert* « L’africain » sur son bolide. Je voyage, mieux, dans l’espace temps.

Les gorges d’Arak sont vite dépassées, géniales rencontres avec des touaregs et je file vers Tam (Tamanrasset).

enfant de Timimum
Marche de Ghardaïa

Le soleil se lève tout juste, et moi, sur ma royal Enfield imperturbable, je gravis les pistes qui me mènent à l’Assekrem. Arrêt rapide aux Gueltas d’Afilal, un peu de piste, je sors la boussole, le cap est bon. A plus de 2700 m d’altitude, le décor volcanique est presque irréel. De l’Ermitage de Charles de Foucault, le panorama est unique et le couché de soleil époustouflant. la belle histoire des deux amants qui ont été séparés par coup de sabre et transformés en montagnes. Certainement l’un des plus beaux points de vue du monde.

En pleine torpeur, par presque 40°,  se pose la question de descendre plus au sud vers l’Afrique noire ou taper plein Est vers Djanet…

C’est la sonnerie du téléphone qui me sort de mon somme. Le Sahara s’est enfuit, le Sud Ouest est lui, bien présent. C’est sûr, demain j’irai rider sur ma Royal Enfield Bullet Desert Storm sous le soleil du Sud Ouest.

Sahara par GascogneRide

*L’Africain : Hubert Auriol, légende du Dakar, décédé en 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.